MyMobility

Your individual relocation website with clients-only information and the latest photos of preselected properties.

more

You have forgotten your password? We will send it to you again!

more

Relocation News France

Expats from France and retirement: how do they prepare it?

Les expatriés s’occupent-ils de leurs démarches pour leur retraite ? Il semblerait que non selon une étude réalisée par le groupe Humanis, spécialisé dans la sécurité sociale.

Les chiffres de la retraite des expatriés

Sur l’échantillon de personnes interrogées dans le cadre de ce sondage, seules 4 personnes sur 10 ont déclaré cotiser à un système de retraite pour leur conjoint et eux-mêmes.

Les cotisants le font, pour 65% d’entre eux, par le biais d’investissements mobiliers ou immobiliers locaux.

Les français expatriés qui cotisent de façon volontaire à la retraite française le font par les moyens suivants :

  • La CFE (Caisse des Français à l’Etranger) : 25%
  • Les pensions complémentaires Agirc-Arrco : 19%
  • Les systèmes privés français: 9%

Il est également rapporté que certains expatriés utilisent plusieurs organismes de cotisation, d’où le fait que leur total soit supérieur à 100%.

A retenir

30% des expatriés cotisent pour une retraite par capitaux, c’est-à-dire, via des financements privés et 18% pour leur retraite française par répartition (les actifs actuels financent les pensions des retraités).

Comment peut-on expliquer le fait que si peu d’expatriés cotisent pour leur retraite ? Le manque d’information et le désengagement peuvent constituer des éléments de réponse.

Le rôle des entreprises dans la baisse des cotisations de retraite

Selon Sylvaine Emery, directrice des activités internationales du groupe Humanis :

 « En 2015, 70% de ceux qui cotisaient pour leurs pensions Agirc-Arrco le faisaient via leur employeur, ils ne sont plus que 63% cette année. »

Cela dénote donc un désengagement des entreprises vis-à-vis de leurs salariés à l’étranger.

Ce que l’expatrié doit connaître pour sa cotisation de retraite

Les expatriés connaissent-ils la législation en vigueur et leurs droits à la retraite ? Pour la plupart d’entre eux, la réponse sera non et pour cause, de nombreux points sont à prendre en compte.

La différence entre « détaché » et « expatrié »

Contrairement à l’expatrié, le détaché n’a pas besoin de penser à ses cotisations retraite car elles sont directement prélevées, conformément au système français. L’expatrié devra, quant à lui, effectuer les démarches pour sa pension de retraite.

L’expatrié ne cotise pas en France …

Si en France, votre salaire est amputé de cotisations retraite obligatoires et complémentaires, l’expatrié n’en profite pas.

… Mais dans son pays d’accueil

L’expatrié cotise auprès des régimes de protection sociale du pays dans lequel il se trouve et travaille. A la retraite, il pourra recevoir une pension, en fonction des règles appliquées dans le pays.

Le maintien des droits à la retraite par l’entreprise

Certains employeurs peuvent cotiser pour le compte de leur employés expatriés afin de bénéficier d’une retraite de base (CFE) voire d’une retraite complémentaire. Vous pourrez profiter des droits de pensions français.

Cet aspect est à négocier avec l’entreprise avant le départ.

L’expatrié peut cotiser lui-même pour sa retraite française

En cas de non cotisation de la part de l’employeur, l’expatrié a la possibilité de le faire volontairement.

Y a-t-il un intérêt à le faire ?

Là, cela dépendra du pays, de l’âge, des revenus, du nombre d’expatriations à l’actif  de l’employé ou encore du temps passé à l’étranger.

Par exemple, il est plus avantageux de cotiser au CFE dans un pays situé en dehors de l’Union Européenne et avec lequel la France ne possède pas d’accord bilatéral.

Dans tous les cas, il convient de comparer la rentabilité de cotiser au CFE avec les autres investissements.

Pour un expatrié qui décide de ne pas cotiser, il doit en être totalement conscient et préparer son départ en retraite d’une autre manière.

Le rachat de trimestres

Tout expatrié est en mesure de racheter ses trimestres passés à l’étranger dans les 10 ans qui suivent le retour en France. Cependant, le tarif est aligné sur celui des rachats de trimestres classiques et donc assez élevé.

Comment obtenir des renseignements ?

Depuis 2015, chaque expatrié est en mesure d’avoir un entretien gratuit afin d’en savoir plus sur les possibilités qui s’offrent à lui : les pensions futures, la cotisation volontaire, le rachat de trimestres, etc.

Cette option est disponible à la fois pour les régimes de base et complémentaires.

De plus, il existe un salon annuel des expatriés (https://www.expatriermodedemploi.org/ ) réunissant tous les acteurs institutionnels de la mobilité internationale. Il est possible d’y trouver des informations concernant la retraite, la fiscalité, l’assurance maladie, la prévoyance ou encore le droit de la famille.

Dernière solution et probablement la plus onéreuse, s’adresser à un cabinet de conseil en retraite.

Pensez-y !

L’article vous a plu? Des questions? Besoin d’aide pour expatrier un collaborateur? Contactez-nous!

(MMC, 1 of February 2018)

All Current News »

Management Mobility Consulting is member of these relocation associations:

Worldwide ERC - The Workface Mobility AssociationRelocation France - Magellan Quality Label 2018Global Relocation ServicesChambre Franco-Allemande de Commerce et d'IndustrieSNPRM - French Association of Relocation and Mobility ProfessionalsEuRA - European Relocation Association